Ne perdez pas le plaisir d'être avec lui...

Je reçois très régulièrement des messages de cavaliers cherchant des recettes miracles. Du "comment placer mon cheval en licol ?" au "comment lui apprendre le coucher rapidement, parce que j'ai une démo la semaine prochaine ?" en passant par "comment démarrer l'apprentissage du piaffer ?".

Il fut un temps où ces interrogations me faisaient sourire... ou soupirer nerveusement. Je répondais inlassablement qu'il fallait être encadré, interrogeais sur les acquis du couple cavalier-cheval et essayais de donner des pistes de travail. En général, les bases n'étaient pas suffisantes, des problèmes d'éducation ou de confiance resurgissaient au détour d'un MP... Sauf qu'évidemment, en pointant du doigt ces lacunes, je ne donnais pas à l'interlocuteur une envie folle d'y remédier. Et je ne répondais pas à sa question initiale. En bref, j'avais perdu des plombes à répondre pour rien (pas même un merci, dans bien des cas...) et en plus, je passais la nuit suivante à râler dans mon coin en réfléchissant au moyen de faire passer le message.

Et puis les années ont passé... J'ai pris de la distance, de l'expérience aussi. Et aujourd'hui, mon problème est tout autre : pourquoi, sérieusement, est-il si important de pouvoir réaliser tel exercice ?! Pour comparer ses photos à celles des autres profils FB ? Pour avoir une preuve concrète d'une complicité falsifiée ? Pour se donner des objectifs sur l'échelle de progression foireuse que l'on s'est imaginée en perdant des heures sur internet ?


Chaque être vivant a sa propre sensibilité, ses propres capacités et ses propres facilités. Non, vous n'avez pas à galoper en cordelette sur la plage pour être un bon cavalier. Non, il n'est pas nécessaire que votre cheval se couche pour vous prouver qu'il se sent bien à vos côtés. 


Donnez vous des objectifs mais ne perdez pas de vue le plaisir d'être avec lui, simplement, sans contrainte et sans ultimatum. Si un exercice vous semble inatteignable, c'est peut être simplement que vous n'êtes pas prêt ou que quelque chose vous échappe. Respectez votre monture pour ce qu'elle est, et prenez également conscience de vos défauts et de vos difficultés. Et si votre bien-être à tous les deux passent par des heures de balades au pas, finalement, où est le souci ? La Terre ne s'arrêtera pas de tourner et vous serez certainement plus en accord avec vous-même...



[Texte et photo publiés pour la première fois le 21.04.2015 sur facebook.com/mariesutterethologie ]

Commentaires

Articles les plus consultés