Simplifier nos relations

Encadrer des formations et animer des stages est une vraie richesse. Outre le bonheur de pratiquer un métier-passion pour lequel je me suis battue et formée pendant des années, cela me permet de rencontrer des centaines de cavaliers ayant des envies, des sensibilités et des objectifs différents, tous unis dans la recherche d'une meilleure communication avec leur chevaux.
Ce qui m'attriste en revanche, c'est de constater les carcans dans lesquels ces passionnés s'enferment trop souvent, victimes d'une culture, d'un enseignement ou d'un encadrement incroyablement sclérosants. Untel s'attristera que "son six ans ne saute pas encore proprement et qu'il faut qu'un pro s'en occupe", un autre que "les séances sont répétitives avec un cheval de vingt ans", un autre encore qu'il a "peur de partir en extérieur mais pas le choix, il faut bien les habituer", et un dernier enfin se plaindra des remarques quotidiennes parce qu'il "préfère rester au sol".
A chaque cours que j'organise, je rencontre des cavaliers un peu trop malheureux à mon goût, qui se forcent à pratiquer des disciplines qui ne leur plaisent pas ou qui se rendent aux écuries la peur au ventre.
Pourquoi ne simplifions-nous pas nos échanges avec les chevaux ? Pourquoi ne nous donnons-nous pas des objectifs réalistes et confortables ? Si votre rêve est d'améliorer votre relation et que vous êtes terrifiés à l'idée de partir en rando... ne partez pas ! Si vous avez envie de travailler uniquement au sol (ou pas du tout !), que vous ne vous imaginez absolument pas monter sans mors ou qu'au contraire, le dressage vous file de l'urticaire... où est le souci ?
Il me semble que l'important est de s'adapter aux envies, aux objectifs et aux capacités du cavalier... et de son cheval ! S'il n'est pas raisonnable de rêver sa monture dérouler une St Georges en ne la montant qu'une fois par semaine en forêt, il n'est pas non plus judicieux d'espérer une relation équilibrée en se forçant constamment à enchaîner des exercices que ni le cheval ni le cavalier n'apprécient...
Retrouvez le sourire et ralentissez le rythme, il est tellement plus urgent de profiter du temps qu'ils nous offrent 


[Texte et photo publiés pour la première fois le 18.01.2017 sur facebook.com/mariesutterethologie ]

Commentaires

Articles les plus consultés