L'étho m'a tuer ?

Premier billet, premier saut dans la blogosphère et premières hésitations face à mon clavier !

Je pourrais commencer par évoquer mon expérience équestre, ma passion pour la relation homme-animal ou mes années passées à étudier les chevaux ou la faune sauvage, les pieds dans le sable, en pleine canicule ou sous la neige, ou le nez dans mes bouquins, bien installée sur des bancs d'université. Mais l'objectif de ce blog est de rassembler coups de gueule, découvertes scientifiques et réflexions personnelles tout en faisant le point sur mes remises en question et l'influence de l'"étho" dans ma pratique professionnelle et dans mon rapport à l'autre, quelle que soit son espèce. Faisons donc fi d'une biographie laborieuse (et par ailleurs trouvable en partie au détour d'un autre site...) et prenons plutôt le temps de clarifier sommairement le nom de ce blog : "L'étho m'a tuer".

Pourquoi ce choix ? 
  • Parce que comme des milliers de cavaliers, j'ai découvert l'"étho" en voulant mieux communiquer avec mon cheval. Et que cela a sonné le glas de l'équitation que je connaissais et qui me semblait si confortable.
  • Ensuite parce que j'ai compris que non, l'"étho", ça n'était pas de chuchoter sautiller avec un stick en crachant sur les méthodes traditionnelles. Et que cela a sacrément chamboulé mon rapport au cheval, sans parler de l'enseignement que je tente de prodiguer à mes élèves.
  • Parce que j'ai ensuite décidé de comprendre ce qu'était vraiment l'"éthologie", cette science un peu mystérieuse et pourtant tellement mentionnée dans le monde équestre. Et que je me suis retrouvée à enchaîner plusieurs semestres à l'université, enterrant temps libre et compte bancaire en positif.
  • Et puis parce que j'ai commencé à aller à la rencontre de cavaliers, professionnels ou non, doués ou pas, se targuant d'appliquer des principes "éthologiques". Et que j'ai eu sacrément du mal à accepter certaines vérités et certains gestes, et que j'ai dû porter longuement le deuil de ma naïveté...
  • Enfin, parce que l'"étho" m'a (re)donné le goût des sciences et de la recherche. Et que presque dix ans après m'être lancée dans un métier d'extérieur, je réfléchis à la manière de conjuguer science et terrain au quotidien, quitte à finalement abandonner ce qui me faisait vibrer...
Ah, et pour les accro à l'orthographe et aux accords qui n'auraient pas compris la référence en -er, une petite recherche rapide devrait vous permettre de rapidement gagner en culture générale (utilisez Ecosia pour la-dite recherche, vous planterez des arbres !). 



Commentaires

Articles les plus consultés