De la première à la dernière fois...

La première fois, on se met souvent en selle un peu par hasard et sans trop savoir où cela nous mènera. Juché tant bien que mal sur la monture expérimentée d'un proche ou les pieds bien enfoncés dans les étriers d'un poney de club, on subit les premières secousses et les premières montées d’adrénaline, oscillant entre excitation et angoisse au gré des encouragements de notre tuteur du jour. Si, par quelque tour de main du destin, la magie opère et que l’on décide de réitérer l’expérience, il se peut que l’on se retrouve, quelques années plus tard, à sacrifier ses week-ends les pieds dans la boue et ses soirées le nez dans des magazines spécialisés. D’activité hebdomadaire, la visite aux écuries devient un besoin quotidien et presque vital. On pense équitation, on vit équitation, on respire équitation, persuadé que cela ne changera jamais…
Toute ma vie d’adulte* a été consacrée aux chevaux. Apprendre, comprendre, hésiter, tenter, tomber, réessayer… J’ai investi mon temps et mon argent dans des milliers d’heures de stages, de formations, de déplacements avec mes partenaires équins. J’ai sué, pleuré et ri aux éclats à leurs côtés, sur des pistes équestres qui me faisaient rêver, sur des plages magnifiques ou dans un coin de pré. J’ai aimé progresser, enseigner et tout remettre en question, encore et toujours. Mais aujourd’hui, malgré tous ces souvenirs et alors que la vie m’éloigne depuis quelques temps du terrain équestre, je me rends compte que cela ne me manque pas autant que je l’aurais imaginé… Des années à tenter de « monter mieux » pour finalement réaliser que j’ai surtout envie de les « aimer mieux », même si cela devait signifier de ne plus me mettre en selle…


[Texte et photo publiés pour la première fois le 23.03.2017 sur facebook.com/mariesutterethologie ]

* jusqu'en 2018...

Commentaires

  1. Il me semble que tu passes beaucoup de temps, sur FB et ailleurs, à justifier le fait que tu t'éloignes du milieu équestre... pourquoi? un sentiment de culpabilité, la peur du jugement? Chacun trace sa route, ce n'est pas un échec, c'est une évolution...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas vraiment l'impression de me justifier, juste de partager mes réflexions. Evidemment, il y a eu (et il y a peut-être encore ?) une peur du jugement, ayant passé beaucoup de temps dans ce monde et étant "connue" pour la place que j'y ai eu. Ce n'est pas une démarche facile à entreprendre mais comme je pense ne pas être la seule à m'engager sur ce chemin, je trouve intéressant de la partager et de discuter virtuellement avec d'autres passionnés ayant le même genre d'évolution (ou pas, d'ailleurs). Et puis j'ai besoin de faire ces bilans avant de tourner certaines pages ;)

      PS : cet article date d'il y a quelques mois, aujourd'hui les choses sont plus claires, mieux acceptées, pour moi !

      Supprimer

Publier un commentaire

Articles les plus consultés